Création de la Cité de la Marionnette à Charleville-Mézières

L’ancienne école requalifiée, lieu d’ancrage du Festival bénéficie d’une situation urbaine toute particulière, que le projet exploite : passé le porche sur la rue du Petit Bois, s’ouvrent deux cours jumelles, bordées en fond par les beaux contreforts de l’église Saint Remy, qui rejoignent à l’ouest la place de l’église et à l’Est la rue de l’hôpital. La réouverture des venelles du côté du chevet, prévue par la Ville, permettra d’amplifier encore cette belle séquence urbaine, en débouchant sur la rue de l’hôpital.

C’est cette qualité que le projet se propose d’amplifier : par le positionnement de l’aile en extension, en retournement par rapport à la rue du Petit bois, il renouvelle ce dispositif urbain en introduisant une transversalité nouvelle, génère une diversité des parcours et fabrique une hiérarchie entre les deux cours : l’une carrée plus fermée, l’autre plus étirée et traversant entre la rue du petit bois et la place de l’église. Sous la passerelle qui relie l’ancien et le nouveau bâtiment s’ouvre en effet un ample passage vers cette cour intérieure facilement repérable afin de capter au plus vite les publics arrivant de la place ducale. Au sud l’esplanade longeant l’église Saint Rémy s’ouvre largement sur la place.

 

Les réserves des musées et le stockage municipal prennent place sur un terrain vaste, en mutation, marqué par la présence des magnifiques rotondes ferroviaires, encore dans l’attente de leur destin, et des rives de la Meuse toute proche, bien peu perceptible depuis le site.

Le site est donc marqué par sa géographie, mais aussi par son histoire, avec d’importants témoignages de son passé ferroviaire. Un peu à l’écart de la ville, ce secteur avec un tissu mixte d’anciennes activités et d’habitat est le lieu d’une recolonisation végétale très forte, qui lui donne une identité particulière et un rôle important, au moment où chacun reconsidère l’interventionnisme humain et où germent de nouvelles aspirations, à des lieux à la gestion libre, offerts à la biodiversité.

En écho à la l’empreinte singulière des rotondes, partiellement disparues mais d’une morphologie très prégnante, le bâtiment des réserves propose une série de nefs parallèles, perpendiculaires à la Meuse, en ossature bois et bardage bois, reliées entre eux par une large galerie de desserte et une bande servante longiligne en béton de chanvre. La toiture à deux pentes de l’une des nefs, prolongée pour former un vaste auvent de protection, signale l’entrée ‐et l’ampleur‐ des nouvelles réserves.

Maître d'ouvrage

Ville de Charleville-Mézières

 

Équipe

Parica (BET TCE)

ZEFCO (BET HQE)

Atelier Jours ( Conception des espaces extérieurs)
Clarity (acoustique et éclairage)
Téra - création (Graphisme et signalétique)

VRD B3E  (BET VRD)

FL & Co FREDERIC LADONNE (Conservation préventive)

TCA (OPC)

Atelier JUNO (BIM)

JALOUX (SSI)

François Marcuz (crédits images)

Procédure

Concours restreint de maîtrise d'œuvre - Proposition lauréate

Projet en phase APD

 

Surface

Site LEBON :

1 000 m² - réaménagement existant

700 m² - extension neuve

 

Site du PORT

1 500 m² construction neuve de locaux de réserves

 

Site de l'ENSAM

200 m² - réaménagement de locaux administratifs

 

Coût

7,7 M€ HT